Accueil du site > Comprendre > Pourquoi le nucléaire n’est pas une solution > Mais l’abandon du nucléaire ne signifierait-il pas la perte d’un nombre (...)

Mais l’abandon du nucléaire ne signifierait-il pas la perte d’un nombre considérable d’emplois ?

Non : à investissement égal, il y a bien plus d’emplois à créer dans les secteurs des économies d’énergie et les énergies renouvelables que dans le nucléaire. Selon le Syndicat des Energies Renouvelables, les emplois en France dans ce secteur pourraient passer de 38 900 en 2004 à 115 000 en 2010, soit le double de l’effectif total du nucléaire en France.


Deux chantiers très pourvoyeurs d’emplois s’ouvrent dès maintenant et pour les prochaines décennies : la rénovation du logement et le développement des énergies renouvelables. Pour rénover l’habitat ancien, 100000 à 150000 emplois permanents peuvent être créés et pérennisés sur quarante ans. Le secteur résidentiel tertiaire est responsable de 19 % des émissions nationales de GES : il représente donc un enjeu climatique central pour la France, en plus d’être au coeur des questions sociales et des conditions de vie de nos concitoyens.

Une politique de maîtrise de l’énergie répartie sur le territoire peut maximiser le nombre d’emplois. Selon une analyse du bureau d’études « Les 7 vents du Cotentin », les énergies renouvelables créent bien plus d’emplois qu’un nouveau réacteur nucléaire pour une même somme investie. En face, une relance du nucléaire (qui emploie moins de 50 000 personnes en comptant large entre EDF, Cogema, Areva, etc.) changerait marginalement le bilan d’emplois de la branche (+ 250 à 300 emplois pérennes). D’ailleurs, en cas d’abandon du nucléaire, ces personnels ne se retrouveraient pas au chômage, entre reconversion dans les renouvelables et surveillance des installations à l’arrêt.

En Allemagne, le plan de sortie du nucléaire a entraîné la création de plus de 250 000 postes, et les syndicats de salariés l’ont soutenu sans ambiguïté. Plus important encore : les emplois créés dans les secteurs des alternatives énergétiques ne menacent pas la vie des travailleurs, contrairement à ceux que propose l’industrie nucléaire.


Réseau "Sortir du nucléaire" | Plan du site | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0